mercredi 6 mai 2015

Drame en Méditerranée : les députés européens rappellent les enjeux de sécurité tout en mettant les Etats face à leurs responsabilités


Le Parlement européen a adopté il y a quelques jours une résolution sur les récentes tragédies dans la Méditerranée. Le contenu du texte tranche avec la platitude de la déclaration du Conseil européen extraordinaire du 23 avril 2015. Le mérite de  cette résolution est double :
  • publier une résolution équilibrée, rappelant les enjeux de sécurité sans omettre le fait qu'il s'agit d'un drame humain;
  • mettre les Etats face à leurs responsabilités en matière de gestion de la crise.

Une telle résolution doit être lue en parallèle avec le programme européen dans le domaine des migrations que la Commission européenne doit présenter très prochainement. Il s'agit d'un programme que le Parlement européen espère "ambitieux" et qui doit compléter le  "programme européen de sécurité" tout juste d'être publié (à lire sur securiteinterieure.fr : Le nouveau "programme européen de sécurité"préconise un "espace européen de sécurité intérieure" et un "centre européen de lutte contre le terrorisme").

NB : en bas de page une sélection des articles/blogs de qualité sur le sujet

Une situation préoccupante

Le Parlement européen précise que :
  • selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 
    • plus de 1 500 personnes ont perdu la vie en Méditerranée depuis le début de cette année;
    • près de 24 000 migrants ont atteint les côtes italiennes depuis le 1er janvier 2015 (à lire le communiqué de l'OIM); 
  • selon les autorités grecques, plus de 10 000 migrants ont été secourus en mer Égée par les gardes-côtes grecs au cours du premier trimestre de 2015;
  • plus de 24 400 migrants clandestins ont été sauvés en Méditerranée centrale depuis le début de l'opération conjointe "Triton" en novembre 2014, dont près de 7 860 avec l'aide de moyens cofinancés par Frontex (à lire le dernier communiqué de Frontex);
  • l'opération conjointe Triton coordonnée par Frontex est devenue pleinement opérationnelle le 1er novembre 2014. Au départ, elle était dotée d'un budget mensuel ne dépassant les 2,9 millions d'euros, comparés aux quelque 9 millions d’euros mensuels de l'opération Mare Nostrum.

Davantage de solidarité

Le Parlement européen :
  • souligne que les États membres doivent s'engager plus avant et déplore le manque d'engagement du Conseil européenne en faveur de la mise en place d'un mécanisme crédible et contraignant de solidarité au niveau de l'Union;
  • demande aux États membres de continuer de faire preuve de solidarité et de manifester leur engagement en augmentant leur contribution aux budgets et aux opérations de ces agences;
  • se félicite de la volonté du Conseil européen de donner une nouvelle dimension à l'opération Triton de l'Union en augmentant son financement et ses moyens; 
  • appelle de ses vœux la mise sur pied d'une opération européenne de sauvetage permanente et humanitaire qui, comme Mare Nostrum, s'effectuerait en haute mer et à laquelle contribueraient tous les États membres;
  • invite instamment l'Union à cofinancer une telle opération.

Davantage d’humanité

Les députés européens :
  • invitent instamment l'Union à conférer à l'opération Triton un mandat clair afin d'accroître sa zone d'opération et d'élargir son mandat pour les opérations de recherche et de sauvetage au niveau de l'Union;
  • réaffirment qu'il est nécessaire que l'Union européenne accentue le partage équitable de responsabilité et la solidarité envers les États membres qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés; 
  • appellent les États membres à utiliser pleinement les possibilités existantes pour la délivrance de visas humanitaires dans leurs ambassades; 
  • soulignent que le Conseil devrait envisager sérieusement la possibilité d'appliquer la directive de 2001 relative à la protection temporaire qui propose un mécanisme de solidarité en cas d'afflux soudain de personnes déplacées;
  • demandent aux États membres d'augmenter leur contribution aux programmes de réinstallation, en particulier les États membres qui n'ont pas encore contribué (à lire communiqué du Parlement européen sur les nouveaux programmes);
  • invitent la Commission à établir un quota contraignant pour la répartition des demandeurs d’asile entre les États membres.

Davantage de sécurité

Le Parlement européen :
  • rappelle que :
    • les passeurs et les trafiquants d’êtres humains sont responsables de la mort de milliers de personnes;
    • les trafiquants dégagent un bénéfice annuel estimé à 20 milliards d'euros;
    • selon Europol, les groupes criminels organisés qui interviennent dans le transport de migrants irréguliers à travers la Méditerranée entretiennent des rapports avec la traite des êtres humains, le trafic de drogue et des armes à feu et le terrorisme; 
  • prie instamment les États membres et les pays tiers de prévoir les sanctions pénales :
    • les plus rigoureuses possible contre la traite des êtres humains et les filières de passeurs, au niveau de l’entrée comme de la circulation dans l’Union, mais aussi à l’encontre d’individus ou de groupes qui exploitent les migrants vulnérables dans l’Union, 
    • tout en veillant à ce que les personnes qui viennent en aide aux demandeurs d'asile et aux navires en péril ne soient pas poursuivies;
  • invite les États membres à collaborer étroitement avec l’agence Frontex, le Bureau européen d'appui en matière d'asile, Europol et Eurojust afin de :
    • lutter contre la traite des êtres humains et les réseaux criminels de passeurs;
    • d'identifier et de localiser leurs financements;
    • d'analyser leurs modes opératoires de façon à les empêcher de faire du profit en mettant en danger la vie des migrants.

Davantage de coopération internationale

Le Parlement européen :
  • insiste sur le fait que les causes profondes de la violence et du sous-développement doivent être abordées dans les pays d’origine afin d’endiguer l’afflux de réfugiés et de migrants économiques;
  • appelle à une coordination plus étroite entre les politiques de l'Union et celles des États membres en vue de traiter les causes profondes des migrations;
  • souligne la nécessité d’une approche globale de l’Union, qui renforcera la cohérence de ses politiques intérieures et extérieures et, en particulier, de sa politique étrangère et de sécurité commune, de sa politique de développement et de sa politique migratoire; 
  •  réaffirme son soutien à toutes les négociations menées par les Nations unies en vue du rétablissement de l’autorité du gouvernement démocratiques en Libye;
  • maintient son ferme engagement d’intensifier les efforts visant à régler les conflits et l’instabilité en Libye et en Syrie; 
  • souligne que la création d'une stabilité régionale dans les zones de conflit est essentielle pour réduire les flux de déplacement des personnes.


synthèse par securiteinterieure.fr


A lire aussi :

A voir également :

Sélection des articles/blogs récents de qualité sélectionnés par securiteinterieure.fr sur le sujet :

A lire par ailleurs sur securiteinterieure.fr:

suivez securiteinterieure.fr sur twitter : @securitepointfr


retour au sommaire de securiteinterieure.fr



page principale :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.