vendredi 15 décembre 2017

Europol pointe la menace des "djihadistes au foyer" (TE-SAT 2017)


Très attendu chaque année, Europol a publié son rapport sur le terrorisme pour l’année 2017.
Il est vrai que la situation évolue rapidement notamment au regard de la disparition (territoriale) de Daesh.
Le rapport n’en garde pas moins toute sa pertinence, à la fois pour dégager certaines tendances actuelles et pour décrire rétrospectivement une situation sur l’état de la menace terroriste.
Il est instructif en particulier, de lire que Daesh favorise l’émergence de «djihadistes au foyer» et procure une «  assistance à distance » pour la fabrication d’explosif, sorte de hotline pour tout apprenti terroriste (à côté des cours virtuels dispensés destinés à remplacer le califat territorial par un califat virtuel).
A noter aussi, une recrudescence du terrorisme d’extrême-gauche et surtout une aggravation de la menace terroriste d’extrême-droite.

A lire également sur securiteinterieure.fr  : Selon Europol, le nombre de terroristes présumés arrêtés a plus que quintuplé en seulement 4 ans (TE-SAT 2016)


Vue d’ensemble


En 2016, 142 attaques ratées, déjouées et réussies ont été signalées par huit États membres. Plus de la moitié (76) d'entre elles étaient britanniques.
La France a signalé 23 attaques, l'Italie 17, l'Espagne 10, la Grèce 6, l'Allemagne 5, la Belgique 4 et les Pays-Bas 1. Sur les 142 attaques, moins de la moitié (47) ont été réussies.

nombre d'attaques ratées, déjouées et réussies 
 (cliquez sur l'image pour agrandir)

Les États membres ont signalé que 142 victimes avaient succombé à des attaques terroristes et que 379 personnes avaient été blessées.
Presque tous les décès signalés et la plupart des victimes étaient le résultat d'attaques terroristes djihadistes.
Ces 142 attaques s'inscrivent dans la continuité d'une tendance à la baisse amorcée en 2014 avec 226 attentats, suivie de 211 en 2015.

nombre d'attaques et de personnes arrêtées par pays
(cliquez sur l'image pour agrandir)

Le plus grand nombre d'attentats dans lesquels l'appartenance terroriste a pu être identifiée a été perpétré par des individus ou groupes ethno-nationalistes, extrémistes ou séparatistes (99).
Les attaques menées par des extrémistes violents de gauche sont en augmentation depuis 2014; ils ont atteint un total de 27 en 2016, dont la plupart (16) ont été signalés par l'Italie.

moyenne des peines infligées pour terrorisme par pays 
 (cliquez sur l'image pour agrandir)

Le nombre d'attentats terroristes djihadistes est passé de 17 en 2015 à 13 en 2016, dont 6 étaient liés à l'État islamique (EI). Cependant, un classement précis au sein des affiliations terroristes à travers l'UE ne peut pas être établi parce que le Royaume-Uni ne fournit pas de données agrégées sur les attaques.
Des explosifs ont été utilisés dans 40% des attaques, avec des chiffres similaires à 2015. L'utilisation d'armes à feu a considérablement diminué, passant de 57 en 2015 à 6 en 2016.

nombre d'attaques ratées, déjouées et réussies par pays et par affiliation
 (cliquez sur l'image pour agrandir)

En dehors des attaques djihadistes, ethno-nationalistes et extrémistes de gauche, un nombre croissant d'agressions violentes par des individus et des groupes extrémistes de droite a été observée en Europe, en particulier ces deux dernières années, ciblant les demandeurs d'asile et les minorités ethniques en général.

Départs et retours du Moyen-Orient 

Plus de 5000 personnes émanant de l'UE auraient voyagé dans des zones de conflit en Syrie et en Irak. Comme en 2015, les personnes originaires de Belgique, de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni représentent la majorité de ce total.
Sur une base par habitant, la Belgique semble avoir les chiffres les plus élevés.
En outre, plus de 800 personnes auraient voyagé en Syrie et en Irak depuis les pays des Balkans occidentaux, pour joindre l'EI principalement. Il existe aussi  un «chiffre noir » de voyageurs en provenance et à destination de la Syrie et de l'Irak (qui n'ont donc pas encore été détectés).

Le Royaume-Uni comptait parmi les pays ayant signalé une augmentation du nombre de femmes, de familles et de mineurs impliqués dans le conflit en Syrie / Iraq, bien qu'ils ne représentent qu'une petite proportion de l'ensemble des voyageurs.
Il a signalé également que l'âge moyen des personnes engagées dans le conflit a considérablement diminué : près de la moitié de ceux qui voyagent étaient âgés de 18 ans et moins et ce, depuis la déclaration du «califat» de l'EI en juillet 2014.

 Infographie du journal Le Monde - début décembre 2017
 (cliquez sur l'image pour agrandir)

La Belgique a signalé un nombre important de retours des femmes (et des enfants). Cette situation est préoccupante, en raison de l'implication apparente des activistes de sexe féminin dans la préparation des attaques.
Certaines peuvent également avoir reçu une formation militaire. En outre, la propagande de l'EI a été insérée à plusieurs reprises dans le cadre de la formation et de l'endoctrinement des mineurs.

Comme indiqué dans le rapport TE-SAT 2016, le flux de migrants irréguliers a été exploité afin d'envoyer clandestinement des terroristes en Europe (concernant les attentats de Paris de novembre 2015 par exemple).
La fourniture et l'utilisation de faux documents administratifs de haute qualité ont également été réalisées avec succès par des terroristes (par exemple ceux impliqués dans les attentats de Bruxelles en mars 2016).
Les Pays-Bas ont déclaré que, dans certains cas, des agents de Daesh  avaient demandé l'asile dans des pays européens.

Les premiers groupes de rapatriés étaient souvent déçus de leur situation dans le califat autoproclamé. Les motivations les plus récentes ne sont pas encore tout à fait claires.
 Les activités ultérieures des rapatriés des régions en conflit seraient diverses. Ils vont des adeptes, qui réduisent leur implication dans le milieu djihadiste (au point même où ces activités ne sont plus perceptibles), aux personnes sujettes à la violence.
Cependant, il a été suggéré (par l'Allemagne par exemple) qu'une prédisposition à l'idéologie djihadiste est susceptible de prévaloir.
Le Danemark a également noté que la menace de retour des combattants peut devenir apparente dans un laps de temps très court, mais peut rester dormante et ne pas apparaître avant un événement déclencheur.

La menace des «djihadistes au foyer»


Les contacts continus sur les médias sociaux entre les combattants en Syrie / Irak et les «djihadistes au foyer» alimentent la menace potentielle persistante que représentent les réseaux djihadistes.
Quitter le pays pour prendre part au djihad est devenu plus difficile, les agresseurs potentiels pourraient alors se concentrer sur leur pays de résidence.
Daesh soutient également les liens noués entre certains de ses combattants dans la région et des individus recrutés dans l'UE (par exemple, dans le milieu djihadiste en France) afin de mener des actions violentes sur leur sol.
Ces recrutements sont réalisés via des réseaux sociaux cryptés tels que Telegram.

Explosifs : une « assistance à distance » 

Même si les terroristes utilisent un large éventail d'armes facilement disponibles, les engins explosifs continuent d'être utilisés dans les attaques terroristes, en raison de leur impact et de leur puissance symbolique.
En 2016, le transfert de tactiques, techniques et procédures terroristes (TTP) des zones de conflit actuelles et la diffusion illicite de connaissances et d’nstructions relatives à la fabrication de bombes ont été observés.
La disponibilité de précurseurs d'explosifs a facilité l'utilisation d'explosifs artisanaux (HME).
 Les attaques par engins explosifs improvisés (IED) sur des cibles molles et l'utilisation d'IED portés par des personnes kamikazes (PBIED) sont particulièrement préoccupantes.

(vidéo d'Europol sur le rapport TE-SAT 2014)

Deux tendances distinctes ont été observées en ce qui concerne l'utilisation d'IED par les terroristes djihadistes dans l'UE. Tout d'abord, il a été signalé que ces engins explosifs présentaient des similitudes dans la conception et la construction avec les IED utilisés dans les zones de conflit.
Néanmoins, ces IED n'étaient pas particulièrement sophistiqués mais relativement fiables et simples à utiliser.
Dans certains cas, les connaissances en matière de fabrication de bombes ont été transférées aux attaquants grâce à des contacts directs et à l'expérience (facilités par des combattants terroristes étrangers et des rapatriés).
Dans d'autres cas, les connaissances et les instructions guidées ont été transférées via une «assistance à distance» en utilisant divers médias sociaux et canaux de communication en ligne.

Deuxièmement, des IED plus rudimentaires ont été utilisés récemment par des terroristes djihadistes.
Ils consistaient principalement en composants explosifs facilement disponibles, tels que des bouteilles à gaz, des articles pyrotechniques et des produits à base de nitrate d'ammonium.
De tels engins explosifs improvisés peuvent être construits sans aucune expertise. Ils ont été principalement utilisés par de petits groupes terroristes ou des terroristes solitaires auto-radicalisés inspirés par l'EI.
Concernant l'utilisation potentielle d'IED alternatifs et plus sophistiqués, la tendance actuelle consistant à utiliser des véhicules aériens sans pilote (drones) dans la zone de conflit Syrie / Irak pourrait également inspirer d'autres soutiens à la cause djihadiste et étendre l'utilisation de ce type de tactique en dehors de cette zone.

Un financement du terrorisme tous azimuts

Les récentes attaques terroristes de l'UE ont été financées par une association opportuniste de sources licites et illicites.
 Jusqu'à 40% des actes terroristes en Europe seraient financés au moins en partie par la criminalité, en particulier le trafic de drogue, le vol, la vente de produits de contrefaçon, la fraude et les cambriolages.

Les terroristes en 2016 ont eu recours à divers mécanismes de financement, des sources à la fois légales et illégales.
Le jeune âge d'une grande partie des djihadistes, dont la plupart sont des informaticiens, a entraîné une augmentation de l'utilisation des services financiers technologiques modernes.
Ces services sont fluides, cryptés et partiellement anonymisés, ce qui permet aux terroristes recherchant un mécanisme financier sans frontières, fiable et facilement accessible pour les transferts de faible valeur en temps réel.

Les médias sociaux, de Daesh à Al Quaïda

En 2016, les groupes terroristes ont continué d'utiliser les services en ligne pour communiquer de manière ciblée et diversifiée.
La propagande terroriste a été diffusée principalement par le biais de plateformes de médias sociaux et de sites de partage de fichiers.
Les technologies de cryptage et d'anonymisation disponibles gratuitement en ligne et une multitude de plateformes permettent aux terroristes de diffuser de la propagande tout en conservant leur anonymat.
Cependant, les mesures prises par certaines plateformes de médias sociaux ont commencé à avoir un effet perturbateur.

Quel rôle pour Europol dans la lutte antiterroriste (EuroparlTV - 2015)

Dans le même temps, Daesh  et d'autres groupes terroristes ont augmenté leur utilisation d'autres plateformes de médias sociaux cryptées, notamment Telegram.
Pour atteindre un public au-delà des cercles fermés, les partisans de l'EI sur Telegram ont organisé des campagnes coordonnées visant à inonder Twitter et d'autres grandes plateformes de médias sociaux de messages dans les minutes suivant la publication de nouveaux articles de propagande.
Avant leur diffusion, les partisans de Daesh ont été invités à créer des comptes Twitter pour annoncer la nouvelle production de propagande. Une fois publié, l'article a été diffusé dans un grand nombre de messages.

Cela étant, en plus des difficultés accrues en matière de diffusion, le volume de production de propagande Daesh  a également connu un recul en 2016.
Après un pic à la mi-2015, le nombre de nouvelles vidéos produites par Daesh  a lentement diminué. L'appareil de propagande de l'EI a été sévèrement dégradé en raison de la pression accrue exercée sur le groupe dans ses zones d'activité.

Interview du directeur d'Europol, R. Wainwright, sur DW (janvier 2017)

Autour de ce réseau d'entités de propagande reconnues par Daesh, il existe un certain nombre d'entités qui ne sont pas officiellement reconnues comme telles.
Elles traduisent la propagande de l'EI dans différentes langues et produisent du matériel supplémentaire sous différents formats, y compris des vidéos.

À mesure que le volume de la propagande de l'EI diminuait, al-Qaïda et ses affiliés ont tenté de tirer parti de la situation et d'accroître leurs efforts pour atteindre de nouveaux publics.

Un terrorisme d’extrême-gauche en hausse

Le nombre d'attaques de terroristes de gauche et anarchistes a augmenté en 2016 par rapport à 2015. En 2016, des groupes terroristes ou des individus ont mené 27 attaques dans l'UE.
Il s'agit d'une forte augmentation par rapport au nombre d'attaques survenues en 2015.
Les autorités des États membres de l'UE ont arrêté 31 personnes liées à ce type de terrorisme en 2016, la plupart en Espagne.

 
nombre d'attaques et de personnes arrêtées par année
(cliquez sur l'image pour agrandir)

L'Italie, la Grèce et l'Espagne étaient, en 2016, à nouveau les seuls États membres de l'UE à subir des attaques terroristes.

 nombre d'attaques et de personnes arrêtées par pays
(cliquez sur l'image pour agrandir)

La majorité des attaques ont été menées à l'aide de dispositifs incendiaires / explosifs improvisés (IID / IED) non sophistiqués, contenant des liquides inflammables ou de la poudre à canon et des mécanismes d'allumage bruts, dont certains n'ont pas fonctionné.
Huit personnes ont été arrêtées.

Le terrorisme d’extrême-droite, la grande menace demain ? 

Comme les années précédentes, une majorité d'États membres de l'UE n'ont aucune indication quant aux méthodes ou aux tactiques terroristes adoptées par les milieux de droite. Elle considère que la menace de l'extrémisme (violent) de droite est faible.
Le paysage de l’extrême-droite radicale est décrit par la plupart des États membres comme fragmenté, manquant de leadership et d'organisation cohérents, et souffrant de conflits internes.
Cependant, dans certains États membres de l'UE, l’extrême-droite radicale a accru son volume d’activité à un niveau préoccupant.
Les confrontations avec les opposants politiques se sont poursuivies et les infractions xénophobes sont devenues plus violentes.

De nombreuses attaques motivées par l’extrême-droite radicale ont été commises par des réseaux / groupes ou des individus faiblement coordonnés, qui ne sont pas nécessairement liés à un groupe ou à un parti connu.
Cela met en évidence la menace que constituent des acteurs isolés et des petits groupes.

Le phénomène migratoire affectant le continent européen et la menace perçue de l'islamisation restent des sujets clés de l'agenda de l’extrême-droite radicale.
Ces thèmes ont été utilisés pour inciter l'opinion publique à adopter sa position xénophobe et islamophobe.
Ces sujets sont exploités pour répandre la peur et l'inquiétude. Des événements tels que les attentats de Paris en 2015, Bruxelles et Berlin en 2016, ainsi que les agressions sexuelles au Nouvel An 2015/2016 à Cologne, servent de justification à des délits xénophobes.

Selon les chiffres recueillis par le gouvernement allemand à l'égard des membres actuels du Bundestag, les incidents contre les hommes politiques ont atteint un niveau record en 2016.
Il s'agissait notamment d'attaques physiques, mais aussi d'incidents non violents tels que des bureaux endommagés, l’apposition de signes comme les croix gammées, sur les maisons / bureaux d’hommes politiques, ou encore la pratique de harcèlement par Internet.

Les enquêtes sur les États membres au cours des dernières années ont constamment confirmé que l’extrême-droite radicale avait accès à des armes.
 Quelques États membres de l'UE ont mentionné l'utilisation de dispositifs incendiaires improvisés (IID) et d'engins explosifs improvisés (IED) pour commettre une attaque.

Internet est un vecteur de premier plan dans le paysage de l’extrême-droite radicale en ce qui concerne la radicalisation, le recrutement, la mobilisation et la mise en réseau.
Le phénomène de la immigration et la menace terroriste djihadiste ont dominé les médias sociaux et les discussions de forum au sein de l’extrême-droite radicale.
La plupart des messages haineux sont à la limite de l'expression légitime de l'opinion et de l'incitation criminelle.

La langue devient de plus en plus agressive et les crimes de haine tels que la sédition, l'encouragement des crimes contre les minorités et les migrants ainsi que le dénigrement à l'encontre des représentants de l'État ont considérablement augmenté.

Synthèse et traduction en français par Pierre Berthelet, auteur de securiteinterieure.fr


A lire aussi :
A lire (ou relire) : Les collectivités territoriales et la prévention de la radicalisation, Sénat, rapport d'information ) par MM. Jean-Marie BOCKEL et Luc CARVOUNAS
   
A lire également sur securiteinterieure.fr  :

A lire également sur securiteinterieure.fr, le fil des articles sur le terrorise

Votre attention est le carburant de ma passion.


  Merci pour votre fidélité !
 

n'hésitez pas à partager 
et à retrouver securiteinterieure.fr sur twitter : @securitepointfr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.